New York, 2011
  

L’Eau et la tri articulation sociale :

Cas de la gestion des eaux potables des villes
de New York et Los Angeles

 

Le thème d’étude: « L’eau et la Tri-articulation sociale » a été traité de la façon suivante : Le cas unique au monde de la distribution d’eau potable d’une grande métropole urbaine: la ville de New York,  directement par de l’eau naturelle sans filtration ni traitement de purification a été étudié du point de vue des relations entre les entités sociales présentes et les groupes de pouvoir en place.  Joël Francq, chargé des relations extérieures de l’association ASTE et ingénieur diplomé de l’université de Berkeley, Californie, USA, a passé une semaine avec les responsables de la gestion des eaux naturelles par les agriculteurs et forestiers ainsi que par les collectivités habitant dans le bassin versant fournissant l’eau potable.  Il a pu recueillir comment, depuis 1997 la ville de New York a été autorisée à ne pas construire une usine de filtration et purification d’un coût énorme grâce à la coopération principalement des agriculteurs locaux : Une organisation représentative de ces derniers, agissant en toute indépendance des autorités de la ville de NewYork, étudie en concertation avec chaque propriétaire agricole ou forestier les meilleures pratiques pour assurer la meilleure qualité de l’eau allant dans les rivières et les réservoirs. Les investissements  pour toute amélioration des installations sont pris en charge par la ville de New York. De la sorte 10 millions de new yorkais peuvent boire à leur robinet une eau pure de montagne non traitée.   L’eau potable d’une autre mégalopole : Los Angeles en Californie a été dans la foulée étudiée également par Joël  du même point de vue des relations entre les consommateurs, les pouvoirs municipaux et les « lobbies » économiques. Du point de vue historique la situation de l’eau potable de Los Angeles est également remarquable dans le sens que les acteurs en place ont réussi à placer la gestion des eaux d’une ville se développant en site quasi désertique dans des mains publiques depuis 1902, et à l’y conserver depuis lors. L’acteur principal ayant construit le premier aqueduc amenant l’abondance de l’eau à la ville en 1913 ( il avait commencé comme cantonnier en  1878 pour la compagnie de l’eau de l’époque) était foncièrement convaincu  que ce bien commun qu’est l’eau devait être géré par un organisme public.

 

  
Télécharger la première page
   
 
< Précédent   Suivant >
Copyright 2017 Association pour les arts, sciences et culture de l'eau.